Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE MONDE EN COURANT

LE MONDE EN COURANT

Des distances hors normes! Des efforts qui peuvent paraître surhumains. Pourtant courir s'apprivoise dans la tête comme dans les jambes................ SI LE PLAISIR FINALEMENT ÉTAIT AU BOUT DE LA ROUTE! .

Publié le par LE MONDE EN COURANT
Publié dans : #2014

UNE COURSE EN MONTAGNE UNIQUE EN EUROPE  ....

18, 500 Kilomètres ... 1660ml de Dénivelé Positif

 

A chacun ses rêves, et en matière de course à pied, il y en a de nombreux, mais l'ascension du Mont Ventoux figurait en bonne place.

15 juin 2014 .... L'ambiance amicale au retrait des dossards à Bédoin est chaleureuse, mais les rires ne parviennent pas à masquer totalement la pointe d'inquiétude face à l'épreuve qui nous attend. En étudiant le profil du parcours, nous nous demandons encore à quel moment de la course nous allons pouvoir récuperer un peu et comment il sera possible de s'alimenter efficassement.Autant d'interrogations auxquelles nous allons devoir trouver des réponses dans l'improvisation totale.

08h30, Maison forestière des Cèdres, c'est un peloton de plus de 300 coureurs qui s'élance à l'assaut des premières pentes du "Géant de Provence". Les deux premiers Kilomètres, les seuls totalement asphaltés, nous emmènent sur le premier sentier des Collombels, la pente s'élève considérablement, les inclinaisons de terrain oscillent entre 9 et 10% pendant près de 10 kilomètres.

Le peloton s'étire, la vitesse tombe, les souffles se raccourcissent, les choses sérieuses débutent. Les conditions météo sont optimales,mais la température baisse progressivement au fur et à mesure que l'altitude augmente et les organismes s'échauffent.

Febiers ... Jas du Roussas ... les jambes souffrent dans ce contexte de sol sec, souvent très rocailleux, avec un profil de montée sans fin, nous sommes confrontés à la montée la plus rude, jamais rencontrée durant notre carrière sportive. S'ensuit une succession de lacets avec une pente très exigeante, Nous évoluons en fil indienne, les yeux rivés sur les mollets du concurrent qui nous précède.

Les kilomètres défilent, l'effort est violent, mais nous savourons l'environnement exceptionnel et assez inhabituel dans lequel nous évoluons. La Combinaison de ces deux éléments nous procure quelques frissons de plaisir.

Plaine des Ermitans, les cinq derniers kilomètres qui sont loin d'être les plus faciles, le changement de paysage est total, après la forêt,  nous évoluons désormais dans un paysage lunaire, sur des chemins de pierres, où il convient d'être vigilants à chaque appui. Au loin, l'observatoire du Mont Ventoux se dresse, et il parait si loin, presque inaccessible

La pente du terrain s'élève de plus en plus, 15 à 25%, ... les muscles se tétanisent, il n'y a pas un muscle, pas une articulation de notre corps qui ne nous font pas souffrir. Notre souffle déja coupé par l'effort l'est à nouveau grace à ce fabuleux spéctacle qui nous est offert par la nature. Nous avançons sur la crète de la Tête de la Grave, plus que quatre Kilomètres dans cet environnement bouleversant. De chaque côtés un panorama exceptionnel.

Les chemins de cailloux nous semblent impraticables, chaque pas, chaque foulée nous fait souffrir.Un dernier mur se dresse devant nous, nous luttons de toutes nos forces, nous mettons toute l'énergie qu'il nous reste pour franchir cette ultime difficulté et la ligne d'arrivée

L'émotion est forte, en regardant 1660 ml plus bas, nous réalisons le chemin qu'il a fallu parcourir pour rejoindre le sommet

Nous avons monté le Mont Ventoux en courant .....

Et ça! ... C'est fort ... très fort 

Nathalie ROBAINE .. Est contrainte à l'abandon

Bernard GENEAU ... 02h55

Marie GENEAU ... 03h30

Le Monde en courant Le Monde en courant

 

Le Monde en courant  Le Monde en courant

 

Le Monde en courant

Le Monde en courant  Le Monde en courant  

Le Monde en courant

Commenter cet article

rapla 02/11/2015 20:25

Truc de bouffon

Geneau 04/11/2015 00:17

un truc de bouffon ??? Comprenons pas... expliquez vous