Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE MONDE EN COURANT

LE MONDE EN COURANT

Des distances hors normes! Des efforts qui peuvent paraître surhumains. Pourtant courir s'apprivoise dans la tête comme dans les jambes................ SI LE PLAISIR FINALEMENT ÉTAIT AU BOUT DE LA ROUTE! .

Publié le par Le Monde en courant
Publié dans : #2009

 


Le Monde en courant
"LA PISTE TOUAREGUE" ... 168 km NON STOP 


Un temps limite autorisé de 60 heures .... Deux barrages  horaires éliminatoires                                                          km 60 à 14 heures,...   km 120 à 35 heures.

Le Raid se déroule dans la partie sud/sud-est de l’Algérie, au nord de Djanet, dans le désert lunaire du Tassili N’Ajjer.
Son parcours s'effectue sur ce plateau de grès, bordé d’ergs (dunes), parsemé d’oasis, d’oueds (rivières), de gueltas (vasques rocheuses), et nous emmène dans des canyons inattendus, des forteresses rocheuses et spectaculaires à la rencontre de la population touarègue.


OUAGHEREN, 24 Novembre 2009 au petit matin, face au Sahara, sur la ligne de départ des habitués de l'extrème.
46 coureurs venus de France, Belgique, Portugal, Suisse, Hollande, pour découvrir ce Désert qui fascine depuis toujours
Un dernier regard très impressionné sur cette immensité et l'on s'élance à l'assaut des 168 km
N.E.D. organisateur de cette aventure n'a rien laissé au hasard, et il suffit de voir le staff composé de médecin, kiné,infirmier,bénévols, accompagnés de 30 Touarègues de la Route du Sahara pour s'en convaincre.


168 km / 60 heures
Qui va doucement va sûrement, malgré la chaleur, le sable instable sur lequel le corp s'épuise et ne trouve pas ses appuis, les 15 premiers kilomètres de la Piste Touarègue ont été parcourus comme une promenade                          
 

Gilles DIEHL dès le départ impose son rythme, il va ainsi courir seul, sans jamais marquer un temps d'arrêt et s'imposer sur cette épreuve en 22h. 04' 00"

Le paysage défile lentement, 30 kilomètres, puis 60, les concurrents sont maintenant dispersés dans le désert. Malgré les guêtres, le sable s'infiltre partout, traverse les vêtements et finit par se loger entre les orteils, sous le talon, provoquant des échauffements de la peau.
 Le personnel médical fait se qu'il peut pansements, désinfectant, seringues, mais ça grimace dur sous les toiles des C.P. et certains sont même contraints à l'abandon tellement l'état de leurs pieds est pitoyable. La souffrance s'installe peu à peu, rend la chaleur du jour insupportable et le froid de la nuit bien plus cruel.
Au bout de 120 km épuisés, tout le monde n'a plus qu'une seule envie: que tout cela s'arrête, dans cet mer de sable, le coureur est seul, face à lui même. Il y a les souffrances physiques visibles, et les autres invisibles
Mais il faut garder la tête froide, 48 km restent a parcourir sur le sable instable et une chaleur écrasante
 
168 km, Elisabeth, Michel, Joël, Bernard, Jennie, Roger, Monique, Diana .........certains s'effondrent en pleurs dans les bras de Serge MOREL, directeur de course, d'autres crient leur joie, racontent la traversée d'endroits fabuleux,.....
Les raisons de se lancer un défi comme la Piste Touarègue sont multiples, vivre une aventure hors du commun, repousser ses propres limites, défendre une cause,
Courir pour soi, mais aussi pour les autres


Le classement importe peu,  finir cette course est déja un exploit en soi

Le Monde en courant  La Piste Touarègue  Le Monde en courant La Piste Touarègue 2009
Le Monde en courant La Piste Touarègue 2009 Le Monde en courant






 

Commenter cet article