Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE MONDE EN COURANT

LE MONDE EN COURANT

Des distances hors normes! Des efforts qui peuvent paraître surhumains. Pourtant courir s'apprivoise dans la tête comme dans les jambes................ SI LE PLAISIR FINALEMENT ÉTAIT AU BOUT DE LA ROUTE! .

Publié le par le monde en courant
Publié dans : #2006
LES PORTES DU  DESERT EN SEMI MESURE

12 Mars 2006,  09h00... à proximité du village de Bou Ghara le peloton se forme petit à petit,
devant la ligne de départ, tracé pour la circonstance avec le talon de la chaussure.

Le Monde en courant Le Monde en courant  Trans Oasis Sud Tunisien
Avons nous conscience que nous nous élançons pour Six Semi Marathons,soit 126 km
Sur les visages en tout cas pas de soucis, ni de regards hagards ou tendus, aucunes grimaces, seulement des sourires, des éclats de rire. De la joie, tout simplement
Au milieu de tout cela une bande de copains épris de course à pied, l'Association "Dunes d'Espoir" qui a pour objectif de faire partager cette passion à de jeunes handicapés.
Ils souhaitent démontrer par leur participation à des compétitions de haut niveau que
ce qui est réalisable dans un domaine d'exception l'est à plus forte raison,dans la vie de tous les jours. Leur ambition est de donner aux jeunes handicapés et à leur famille, l'opportunité de découvrir des activités nouvelles liées à la nature.

Jacques DESJARDIN, Directeur de course veille à ce que tout puisse se mettre en place, tout est prêt et le peloton s'élance à travers les champs d'oliviers le long du Golf de Bou Ghara avec un vent violent de face qui nous oblige à fournir des efforts inattendus. Nous empruntons des pistes sablonneuses, le vent violent se fait de plus en plus fort, nous sommes pris par une tempête de sable.
Très difficile de couirir dans ces conditions, car les dunes se forment et se déforment, la bouche set sèche; les yeux nous brulent. Le vent est si fort, et si violent que nous avons beaucoup de mal à rejoindre la ligne d'arrivée qui marque la fin des vingt et un premers kilomètres.
 
13 Mars 2006...Français,Italiens,Belges,Suisses,Anglais se retrouvent sur la ligne de départ de cette deuxième étape, avec en toile de fond une montagne magnifique, plantée là au milieu de nul part. Dès les premiers kilomètres nous empruntons des sentiers très étroits, caillouteux.
 Les paysages sont merveilleux, ce sont les portes du Désert, les portes de l'effort. Certains concurrents immortalisent ce spéctacle sur la péllicule.
"si tu ne sais pas t'arrêter dans de tels moments, tu n'as rien à faire sur ce type de course"
Nous oublions vite la notion de temps au kilomètre, nous ne regardons plus notre chrono, seul le plaisr des yeux a de la valeur. Nous filons à travers les massifs rocailleux, les chemins accidentés font mal à l'organisme. Au contour d'une bute rocheuse nous apercevons au loin un village fortifié, totalement abandonné situé au sommet d'un piton rocheux, le village de KSAR OULED DEBBAB, des cavaliers en costume traditionnels accompagnés d'un groupe folklorique et les enfants d'un village voisin y on fait le déplacement et nous acceuillent avec des musiques et des chants traditionnels


14 Mars 2006...Parcours très difficile, "les montagnes russes", un petit raidillon par ci, une belle descente par là, ça n'en finit pas de monter, de descendre, tantôt sur des chemins caillouteux , tantôt sablonneux.Les décors sont toujours aussi merveilleux, beaucoup de verdure,de rocaille, de sable, on ne s'en lasse pas.
Au cours des étapes nous découvrons les coureurs qui nous accompagnent dans cette aventure, certains abandonnent, mais beaucoup terminent. Les affinités se céent entre les athlétes, nous assistons à une arrivée main dans la main de deux d'entre eux  dans un sprint endiablé qui ne reussira pas à les départager mais qui leur aura permis de vivre un moment très fort de fraternité

15 Mars 2006...Etape redoutée, le Désert avec ses dunes.                Le Monde en courant  Trans Oasis Sud Tunisien
Les superlatifs ne suffisent pas pour définir la beauté du Désert du Grand Erg Oriental. Nous allons nous mesurer à cet océan de sable et de dunes géantes pour nous fondre dans un décor de rêve. Pour certains d'entre nous nous savons comment courir un Marathon en moins de quatre heures, comment courir un 100 kilomètres, comment courir des courses de 06 heures, mais nous n'avons certainement pas les ambitions de coureurs d'Ultra. Du moins nous ne le pensons pas à ce moment précis de la course, six Semi Marathons tout de même...il va falloir gérer serieusement nos efforts.
La fatigue, la chaleur, le doute, nous sommes seul au milieu de cette immensité de sable blanc, mais la solitude n'est jamais totale dans ce Désert...au hasard des foulées nous pouvons découvrir des marcheurs qui parcourent le Désert autrement et nul n'oublierait de les remercier de leur présence, et de leurs encouragements à notre passage.
Un visage familier dans ces lieux rarement explorés, alors que les kilomètres commencent à vous peiner, c'est tout simplement agréable
Le Monde en courant  Trans Oasis Sud Tunisien  Le Monde en courant Le Monde en courant Le Monde en courant  Trans Oasis Sud Tunisien  Le Monde en courant  Trans Oasis Sud Tunisien  Le Monde en courant
 
16 Mars 2006...A travers des paysages arides, la fatigue se fait sentir de plus en plus. Nous avons parcouru presque 100 km. Et il faut être fort mentalement .
Nous nous engageons dans des massifs montagneux. La chaleur est de plus en plus forte, nous traversons des petits canyons faits de sable rouge. La température monte...monte, nous avons cette impression de courir enfermés dans un four.
Au final une côte d'environ 800 ml avec un dénivelé impressionnant nous transporte à ZEROUA.   Etape dure...très...très dure

17 Mars 2006...Moments intenses au départ de cette dernière étape, beaucoup de questions... C'est la dernière "je mets tout ce que j'ai dedans pour finir en beauté ?"
"Oui..mais c'est la dernière, nous avons plus de 100 km dans les jambes, alors physiquement ça va être dur?..."  Top départ, nous partons à travers les terres, cultures, les enfants sur le bord des chemins nous saluent, nous encouragent, nous tapent dans la main lors de notre passage
Nous avons des ailes, nous volons, alors que des pêcheurs de RSIFET longent la plage en quête de coquillages, nous passons sur le bord de mer. La ligne d'arrivée main dans la main, les Italiens viennent féliciter les Anglais qui félicitent les Belges...Suisses...Français "Nous l'avons fait!!"
Les coureurs de l'Association DUNES D'ESPOIR sont dans une démarche de dépassement de soi qui leur permet de porter un autre regard sur ce qui est invalidant et d'appréhender la vie autrement. Franchir la ligne d'arrivée c'est l'aboutissement d'un projet, l'affirmation d'une volonté et la réalisation d'un rêve pour tous ces jeunes
Cette aventure est une étape qui les aide à dépasser leur handicap au quotidien, à enteeprendre, à partager leurs impressions avec de nouvelles personnes et à imaginer de nouveaux horizons;Ils peuvent maintenant se dire "çà...c'est possible"

Trans Oasis Sud Tunisien 2006
Nous avons pris une leçon de simplicité et d'humilité de la part de tous ces concurents
 
au hasard des foulées, on peut découvrir un marabout au détour d'une dune,
quelques sacs pleins d'épices au souk...
Dans nos têtes enivrées par cette belle aventure, d'autres projets fourmillent déjà...

Commenter cet article