Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE MONDE EN COURANT

LE MONDE EN COURANT

Des distances hors normes! Des efforts qui peuvent paraître surhumains. Pourtant courir s'apprivoise dans la tête comme dans les jambes................ SI LE PLAISIR FINALEMENT ÉTAIT AU BOUT DE LA ROUTE! .

Publié le par LE MONDE EN COURANT

Le Race Désert Marathon (RDM) déroule ses 100 km de course en plein désert.

Le Race Désert Marathon  est une épreuve mythique, une épreuve que chaque coureur d’ultra doit faire à un moment ou à un autre. Malgré son nom trompeur ce n’est pas les 42 km d’un marathon qu’il faut parcourir mais 100 km repartis en 3 étapes, à travers dunes, ergs et oueds asséchés dont une étape de 46 km non-stop, une de 30 km et la dernière 24 km.                  La course se déroule au Maroc, dans le Désert du Sahara ce qui ajoute bien sûr une double difficulté ; la chaleur et le sable. Autre spécificité de cette course, les coureurs sont en autosuffisance, c'est-à-dire qu’ils doivent porter leur nourriture, leur vêtements, et le matériel de survie. L’organisation ne fournit que l’eau.

Courir le Race Désert Marathon c’est se confronter à ses limites. Une course en milieu sauvage et engagée, Si le RDM attire en tant qu’une des courses les plus délicates au monde, on y vient aussi pour l’ambiance dégagée par le souffle du désert. Pour cette 4e édition, les températures sont toujours aussi extrêmes pour une course d’une intensité hors-norme où le coureur se fait stratège pour gérer son effort sur la durée.

* Le premier jour, une vraie entrée en matière, avec une étape de 46 Km...   Après seulement  500 ml d’échauffement, nous tapons dans le vif du sujet, un passage sur des dunettes, avec des reliefs très variés. La traversée d’un Djebel casse pattes, et des cailloux bien saillants.  C’est là que la magie du désert nous ensorcelle et que s’opère la métamorphose en aventurier du Sahara dans ce décor fantastique et démesuré. Sauf que l’on s’aperçoit que la vitesse moyenne est de 2,5 Km/h en marchant et de 5 à 6 Km/h en essayant de courir …  Des zones plates plus plates et caillouteuses interminables aussi , avec obligation de se protéger tant le soleil frappe fort. Des oueds où l'on s’enlise avec des cailloux bien pointus et cassants. Les pieds chauffent vite aussi, avec la température proche des 35°C et les guêtres, gare aux ampoules . Le sac est lourd avec 2 litres d’eau, indispensables car les points de contrôle, avec ravitaillement en eau sont trop éloignés pour tenir avec les 2 bidons prévus initialement. Les jambes sont lourdes et il est difficile de traîner sa carcasse avec 8,5 Kg sur le dos! Après l'arrivée, c'est : repos, repas et dodo sans se poser de question ! C’est aussi ça le Race Désert Marathon, il faut courir mais surtout survivre !!

* Au briefing le staff annonce que c’est le plus difficile début de Race Désert Marathon de l’histoire..... L’étape d’hier a été difficile et celle aujourd’hui avec 30 km, le sera également, mais avec 16 km de moins psychologiquement cela passe mieux...   Démarrage en douceur, puis après le passage de dunes, des reliefs très variés avec la traversée d’Oueds et Djebel toujours aussi casse pattes avec des cailloux bien saillants, sans parler des ampoules aux pieds.  Un final de deux kilomètres, magnifique à travers le sable où l'on apprends gentiment à caresser les dunes ...

* Le 3ème jour sur la dernière étape longue de 24 Km, les jambes et l'assurance se réveillent, avec de bonnes sensations malgré un vent de face.  Notre périple reprend en remontant sur un plateau rocheux, ambiance lunaire avec un sol de pierres noires.  Nous redescendons pour retrouver un itinéraire de dunettes de sable.  Passage par une zone  rocheuse et traversée au milieu des ruines d'une ancienne construction. .On arrive ensuite dans un décor tel qu’on le rêve depuis notre enfance, les dunes sont les uniques éléments constituant le paysage. Partout, des dunes immenses, interminables et molles à souhait dans un décor fantastique et irréel. Il faut savoir que courir sur le sable, c’est simple. Celui ci ne doit pas être écrasé par les autres sinon c’est l’enfer et on recule plus que l’on avance.Il faut choisir les dunes avec la bonne couleur et avec de petites vagues, courir dans les creux de préférence, et si on effleure le sable pied à plat ça passe ! C’est même plutôt agréable !     Il est indispensable de ne jamais forcer dans le sable, et d’y aller doucement pour ne pas patiner, au risque de s’user les cuisses et les mollets prématurément. Mais une chose est sûre, cette zone de dunes longue de 6 km, sera avant tout un plaisir extrême, celui de surfer le relief, de choisir les crêtes ou les creux, de naviguer entre sable dur et sable mou, celui de tracer son chemin au milieu du désert… Des paysages extraordinaires dans un silence minéral…et cela procure un immense sentiment de Liberté. Après l'ascension de la dernière dunes, les jambes retrouvent toute leur légèreté à la vue au loin de l’arche de l’arrivée. Un regard nostalgique par-dessus l'épaule, aucune envie de laissé derrière ce paradis. Un dernier effort et c'est le final, les jambes se dérobent presque sous nous, comme pour nous  montrer que la ligne étant franchie, elles en avaient assez.  Le temps d’une course, le désert était à Nous !

 Plus qu’une épreuve sportive, le Race Désert Marathon est une aventure... Le RDM hante désormais les songes de centaines de personnes ; les uns se réveillent en se disant « un jour peut-être », les autres s’entraîneront d’arrache-pied pour prendre le prochain départ...  

L’objectif de chaque concurrent ?...    Franchir la ligne d’arrivée et recevoir la médaille de finisseur.

Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019
Race Désert Marathon 2019

Commenter cet article